Divers

La vie commence a 60 ans
de Bernard Ollivier

À 60 ans quand la Sécurité Sociale lui annonce qu'il est temps de « liquider » sa retraite alors que dans la dernière décennie il a perdu sa femme, sa mère et (provisoirement) son travail, Bernard Ollivier a du mal à comprendre ce qui lui arrive. Beaucoup de volonté, le soutien de sa famille et d'heureux hasards lui feront découvrir que la vie continue à l'heure de la carte senior et du temps libre retrouvé pour permettre à nombre de personnes d'explorer de nouvelles voies jusqu'alors ignorées. Après avoir fait sa longue marche sur la route de la Soie et créé l'association Seuil qui aide par la marche à pieds de jeunes démunis à retrouver foi en la vie, Bernard Ollivier revient sur la décennie qui s'est écoulée depuis le premier jour de sa retraite et le bilan, comme une exhortation à suivre son exemple, est plus que positif.

 

L'alchimiste
de Paulo Coelho

Santiago, un jeune berger andalou, part à la recherche d'un trésor enfoui au pied des Pyramides. Lorsqu'il rencontre l'Alchimiste dans le désert, celui-ci lui apprend à écouter son coeur, à lire les signes du destin et, par-dessus tout, à aller au bout de son rêve. Merveilleux conte philosophique destiné à l'enfant qui sommeille en chaque être, ce livre a déjà marqué une génération de lecteurs.

 

Soyez libre là ou vous êtes
Thich Nhat Hanh

Lorsque notre pleine conscience sera enfin réalisée et notre perception du monde extérieur modifiée, alors nous pourrons mettre notre liberté nouvellement retrouvée au service d'autrui, en cultivant la compréhension et la tolérance, sources de compassion.

 

Petit traité de l'abandon
Alexandre Jollien

Dans le Petit traité de l’abandon, je tente de dessiner l’ascèse, l’art de vivre que j’essaie de vivre au quotidien, tant bien que mal. Ce cd est une première. Quand l’écriture me pèse, l’oral balaie le handicap et c’est ainsi que j’ai élaboré ces petites chroniques que je dictais au gré des aventures quotidiennes.
Au final, c’est toujours l’art de la joie que j’esquisse mais sans passer par le vernis qu’impose peu ou prou l’écriture. En effet, quotidiennement, j’enregistrais la récolte de mon enquête : rassembler des exercices spirituels pour concilier l’inconciliable : l’abandon et l’action.
S’abandonner, c’est accueillir la vie telle qu’elle se présente, vivre en un sens la non-fixation, chère à la pensée bouddhiste. Dès que je me fige, dès que je m’arrête, je souffre.
Aussi, ce petit livre visite vingt thèmes qui constituent à mes yeux le coeur d’une vie spirituelle. De l’amitié au zen en passant par la gratitude ou la bienveillance, c’est le chemin du « oui » qui se dessine. Au fond, l’ascèse c’est d’en faire moins, se dépouiller de tout ce qui nous entrave pour danser joyeusement dans la ronde de l’existence.
Ce dernier ouvrage essaie d’être un viatique pour accompagner les hauts et les bas de l’existence.